Nos étudiants éclaireurs de nos lycéens

(actualisé le ) par Administrateur

A la session du baccalauréat 2012, la forte progression de nos résultats a été un grand motif de satisfaction pour notre lycée. Pour autant, il nous a semblé important de savoir comment nos bacheliers avaient vécu leur première année estudiantine.
C’est en effet une des faiblesses de notre système éducatif : après l’école primaire, après le collège, après le lycée, comment savoir ce qu’ils sont devenus et ainsi ajuster nos politiques pédagogiques et éducatives pour mieux former les étudiants de demain ?
Par une approche sociologique plus large, c’était déjà la problématique des très beaux documentaires de Michel Fresnel et Hélène Delebecque (entre 1983 et 1997) intitulés "Que deviendront-ils ?" à propos d’élèves d’une classe de 6ème du collège Paul Valéry à Paris (disponibles sur le site de l’INA).

Au lycée Julie Victoire Daubié, nous avons donc sensibilisé nos bacheliers 2012 pour qu’ils répondent en avril 2013 à un questionnaire en ligne sur leur vécu.
Ce qui avait été mis en place au lycée avait-il pu ou non les préparer à cette nouvelle étape de leur parcours de formation ?

39 anciens(nes) ont répondu, soit un échantillon représentatif de la promotion. Qu’ils en soient vivement remercié(e)s !

Voici ce qu’il en ressort :

Pour la très grande majorité des étudiants ayant répondu, ils suivent la formation qu’ils avaient choisie avant le baccalauréat et souhaitent donc poursuivre dans cette voie.
Ils sont satisfaits du contenu, des modalités d’enseignement et d’évaluation, apprécient les échanges avec leurs pairs mais pointent pour la moitié d’entre eux le manque de suivi et d’encadrement des organismes de formation qui les ont accueillis.

Ceux qui souhaitent se réorienter au cours ou en fin de première année et d’autres qui persistent rencontrent en tout premier lieu deux difficultés : S’adapter aux exigences de la filière et s’organiser en totale autonomie dans leur travail.

La genèse de leur projet d’études est structurée par des postures qui révèlent une maturité certaine :
Ils nous disent pour presque 40 % d’entre eux que leur projet professionnel était déjà bien défini en terminale, voire avant.
Ils ont pu trouver auprès de professionnels du lycée des conseils sur le choix de filières en fonction de leurs aptitudes du moment et de leurs souhaits.
Ils réclament dans la même proportion de pouvoir rencontrer plus régulièrement des professionnels pour qu’ils leur parlent "métier".
La cristallisation du projet de formation se réalise en terminale (52 %) mais presque tous parlent d’une longue marche réflexive lorsque les enjeux se précisent, notamment lors de l’année de première.
Pour eux, bien se connaitre, repérer ses centres d’intérêt et le degré de motivation pour s’y investir arrivent loin devant la simple équation de bons résultats scolaires dont ils ne nient pas l’importance.

Ils apprécient tous les conseils qui ont pu leur être donnés par les conseillers d’orientation, les conseillers d’éducation, les professeurs, les professionnels d’un métier, s’estiment plutôt bien informés mais sont en recherche d’une approche moins globale et nettement plus personnalisée.
Le site admission post bac est perçu comme un bon outil au tri et au choix mais par seulement 60 % des étudiants.
Enfin, pour les trois quarts d’entre eux, les débouchés de la formation sont le premier critère de choix.

Ils reconnaissent enfin que ce choix est éminemment personnel, peu influencé par l’entourage proche.
La réussite du parcours est pour eux conditionnée par l’envie, l’ambition et la persévérance.
A la proposition d’une césure d’une année après le baccalauréat, 85 % d’entre eux la rejettent.

A la fin du questionnaire, nous avons souhaité que nos étudiants soient prescripteurs de conseils pour les lycéens encore dans nos murs.
Ils insistent sur l’importance de la compréhension du lien formation/débouchés, sur la nécessité de faire travailler le lycéen tout au long de son cycle, seul ou en petit groupe, sur la connaissance de son profil.
Enfin, nos étudiants avaient la possibilité de poster une réponse à la question "Pour vous, que serait une orientation réussie ?"
Je vous en livre donc quelques unes, chacune constituant en soi une source de réflexion pour notre communauté scolaire :

- Plus qu’obtenir de bons résultats, une orientation où on s’épanouit et s’enrichit.
- Un suivi personnalisé, régulier et plus structuré pour mieux guider l’élève.
- Une orientation en accord avec la personnalité et les aptitudes de l’élève.
- L’aboutissement de mon projet.
- Ce serait trouver une voie dans laquelle on est heureux, tout simplement. Même si au début c’est difficile, si ce que l’on apprend nous satisfait, il faut persévérer. Chacun crée sa propre réussite !

Etienne RECOING Proviseur