Pourquoi apprendre l’arabe ?

par Administrateur

L’arabe est parlé par près de 350 millions de personnes dans le monde. C’est la langue nationale des 23 pays de la Ligue arabe. C’est l’une des six langues officielles utilisées aux Nations Unies. Langue de culture, de commerce, d’échanges, de sciences, l’apprentissage de l’arabe présente de véritables atouts.

Du point de vue pédagogique :

• Tout comme l’anglais, l’allemand et l’espagnol, l’arabe fait partie des 10 langues officiellement enseignées dans le système éducatif français. Les programmes existent à tous les niveaux (élémentaire, collège, lycée – séries générales, technologique ou voie professionnelle) et s’appuient sur le Cadre Européen Commun de Référence des Langues vivantes.

• L’arabe peut être choisi (comme LV1, LV2 ou LV3) à tous les examens (DNB, Baccalauréats, CAP-BEP, BTS) et la plupart des concours (grandes écoles littéraires, scientifiques ou économiques, ENS, Sciences Politiques, concours de recrutement des professeurs des écoles, etc.). De même, l’arabe est présent dans 22 établissements universitaires

• L’étude de l’arabe contribue à développer les capacités de concentration, de rigueur et de réflexion des élèves. Elle leur permet de découvrir l’univers particulier d’une langue sémitique et d’un nouvel alphabet et donne accès à d’autres usages, d’autres modes de pensée, d’autres valeurs… Cet apprentissage est accessible sans difficulté particulière à tous les élèves.

Du point de vue culturel :

• L’arabe a été, et demeure, le véhicule des pensées riches et fécondes dans les domaines littéraires, philosophiques et scientifiques : l’héritage des grandes civilisations du Moyen-Orient, de même que la pensée grecque et latine, furent repris et développés en langue arabe.

• L’arabe permet une ouverture culturelle très étendue tant du point de vue géographique (du Golfe arabo-persique à l’Océan atlantique).que du point de vue historique.(de la naissance de l’Islam aux conflits actuels, en passant par les différents empires ayant rayonné à partir de Dams, Bagdad et Cordoue).

• L’apprentissage de la langue arabe peut favoriser la mise en valeur du potentiel culturel de familles issues de l’immigration, c’est également un atout supplémentaire dans le cadre d’un parcours scolaire.

• Les nouvelles technologies ont été pleinement investies par le monde arabe : chaînes satellitaires, internet, etc…

Du point de vue économique :

• Le monde arabe bénéficie d’une position stratégique très importante, trait d’union de trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Asie.

• Une bonne partie du monde arabe fait partie de l’Union Pour la Méditerranée, projet lancé récemment mais qui ne peut que se développer et renforcer les liens et les relations entre les pays du bassin méditerranéen.

• Le monde arabe occupe la position de leader mondial en ce qui concerne les réserves de pétrole et de gaz. Il en est aussi le premier producteur.

• La maîtrise de la langue arabe est un véritable atout dans des secteurs comme le commerce international, la diplomatie et le tourisme.

• Les liens économiques entre la France et le Maghreb sont étroits. Premier partenaire commercial des trois pays du Maghreb , la France est également le premier investisseur en Tunisie et au Maroc. Elle est le deuxième investisseur en Algérie. De plus, de nombreux projets culturels communs sont lancés dans les pays du Golfe (Sorbonne, Louvre, etc.).

La langue enseignée : Arabe littéral ou arabe dialectal ?

La langue arabe se présente sous deux aspects :

• L’arabe littéral commun à tous les pays arabes. C’est la langue principale de l’écrit : elle est aussi présente à l’oral, notamment dans les médias, les discours, et tout ce qui a trait à la vie officielle.

• L’arabe dialectal, utilisé essentiellement à l’oral, peut se rencontrer à l’écrit dans certains cas. Les dialectes diffèrent d’un pays à l’autre, mais se crée petit à petit un arabe moyen du fait du développement des chaînes satellitaires.
La langue enseignée dans les classes est l’arabe littéral et l’arabe moyen, avec quelques initiations aux principales particularités dialectales.

Clins d’œil

• La littérature et la philosophie parlent arabe.

Le romancier égyptien Naguib Mahfoud, prix Nobel de littérature ; le philosophe et écrivain libanais Jubran Khalil Jubran ; le poète palestinien Mahmoud Darwish ; les philosophes Avicenne (Ibn Sina) et Acicenne (Ibn al-Rusd).

• La musique parle arabe.

Khaled ; le Raï ; Oum Kalthoum ; Fairouz ; Rachid Taha ; Farid al Atrash

• La science parle arabe.

Le système décimal actuel dérive de la civilisation arabe. Les Arabes désignèrent le 0. Le mot « algorithme » vient du nom du grand mathématicien Al Khwarizmi, qui est le père de l’algèbre. C’est aux scientifiques Arabes que l’on doit la désignation des inconnues par la lettre x.

• Les médias parlent arabe.

France 24, Al-Jazira, RMC Moyen-Orient, BBC arabic, Wikipédia arabe, etc.

• Le français parle arabe.

Près de 3000 mots français viennent de l’arabe : algèbre, abricot, zéro, alcool, calife, magasin, coton, sorbet, gazelle, etc…